»

» Blade Guardian : Test » Blade Guardian : Test


Image

Après le plaisant Party Wave, Mistwalker s’éloigne à nouveau de sa vocation première, le RPG, pour s’essayer cette fois-ci au Tower Defense. Les faibles coûts de développement liés aux plateformes iOS ont une nouvelle fois permis à Hironobu Sakaguchi et sa petite équipe d’explorer de nouveaux horizons tout en se faisant plaisir. Pourtant, si l’accessibilité proposée par ces plateformes est un argument de poids pour les développeurs, force est de constater qu’il est parfois dur de captiver longtemps les joueurs sur ces supports tactiles, dont les nombreuses fonctions ont souvent tendance à attirer notre attention et nous sortir de notre partie. Il convient donc de proposer des jeux pouvant se jouer rapidement, ce qui peut paraître assez antinomique avec un genre aussi absorbant que le Tower Defense. Un double pari pour Mistwalker qui se devait à la fois de convaincre avec sa première tentative dans un genre nouveau tout en prouvant la pertinence d’une pareille plateforme pour son jeu. Essai transformé ?

Trouver l’équilibre

Comme tout bon Tower Defense, le but de Blade Guardian est de protéger sa base par tous les moyens nécessaires contre des vagues d’attaques ennemies. Pour ce faire, vous disposerez de quatre types de tourelles défensives mais aussi de la possibilité de dresser des murs pour ralentir la progression de vos adversaires. Bien sûr, tout cela a un prix puisque chacun de ces objets exigera un nombre précis de Gold, Gold que vous obtiendrez en tuant vos opposants ou en détruisant leurs nids disséminés çà et là sur l’aire de jeu. Toutes les tourelles peuvent également évoluer, moyennant des Gold supplémentaires, ce qui augmentera à la fois leur puissance de feu ainsi que leur cadence de tir.


Une idée originale vient se greffer à ces mécaniques bien connues des Tower Defense : les Blades. Unités robots capables de se déplacer elles-mêmes sur l’ensemble de la map, ces précieux alliés devront être libérés de griffes ennemies avant de vous aider. Déterminants dans votre réussite, les Blades pourront renverser très rapidement la situation à votre avantage. Tout comme les tourelles, ils peuvent évoluer et se transformer en sphère et être alors dirigés grâce à la fonction gyroscopique de votre iPhone ou iPad. En temps normal, un Blade s’autodétruit après avoir anéanti un seul nid ennemi mais une fois en boule et sous le contrôle du joueur, celui-ci peut alors venir à bout de plusieurs nids à la fois dans le temps imparti par sa nouvelle forme (une dizaine de seconde). Un bel avantage contrebalancé par deux inconvénients avec lesquels il faudra apprendre à jongler. En effet, une fois en forme sphérique, le Blade peut détruire vos propres constructions ainsi que tomber le vide. Les maps étant toutes en apesanteur, chuter dans le vide est une chose aisée. Ainsi, si utiliser les Blades permet souvent de sortir vainqueur des affrontements, cela peut également se retourner contre vous. Il faudra donc prendre en considération ces différents éléments ainsi que la situation de jeu pour estimer si oui ou non, les Blades pourront être votre meilleur soutien ou au contraire, vous mener à votre perte. Car oui, perdre dans Blade Guardian n’est parfois qu’une question de seconde !

Échouer pour réussir

La dernière production de Mistwalker est un jeu qui ne pardonne pas. Autant vous le dire tout de suite, si vous n’êtes pas adepte des jeux où l’échec fait partie intégrante de la progression, Blade Guardian risque de mettre vos nerfs à rude épreuve ! Au fil des parties et à mesure que les vagues d’ennemis s’abattent sur votre base, il vous faudra gérer de plus en plus vite de plus en plus d’éléments à l’écran. Ainsi, un secteur mal protégé deviendra votre talon d’Achille. Se concentrer sur le fait de faire un maximum de dégâts avec vos Blades aura souvent tendance à vous faire oublier de regarder l’état de votre base. Dépenser trop de Gold dans l’évolution de vos tours vous empêchera de libérer des Blades. Ne pas suffisamment ralentir l’avancée des adversaires peut vous conduire au Game Over parfois en une poignée de secondes, etc.


Cette difficulté offre malgré tout un véritable plaisir de jeu lorsque la situation se retourne à notre avantage. Après plusieurs tentatives infructueuses, voir sa stratégie minutieusement élaborée fonctionner devient réellement jouissif. De même que prendre le contrôle des Blades, gérer leurs inconvénients et voir les rangs ennemis fondre comme neige au soleil s’avère particulièrement grisant. Tout ce challenge rend Blade Guardian captivant malgré les quelques légers problèmes d’imprécision dus à l’écran tactile (les icones qui se superposent notamment) et son enrobage un peu terne. En effet, les teintes du jeu sont principalement grisâtres et assez avares en couleurs tout au long des 12 niveaux qui parsèment le jeu (6 niveaux en mode normal, plus les 6 mêmes niveaux en mode Nightmare). De la même manière, hormis les bruitages, l’environnement du jeu se révèle assez pauvre puisqu’aucune musique ne se fait entendre au cours des combats. La seule composition musicale du titre, œuvre de l'illustre Hitoshi Sakimoto, se trouve sur l’écran d’accueil (vous pouvez également l’entendre sur le site officiel du jeu). Fort heureusement, le plaisir de jeu vaut bien la peine qu’on passe outre cette apparence peu attrayante.

Conclusion

La deuxième tentative de Mistwalker sur iOS se solde de nouveau par une réussite. Non content de transformer l’essai du Tower Defense avec brio, le challenge proposé par Blade Guardian en fait un jeu aussi captivant qu’exigeant, et qui sait récompenser les joueurs les plus aguerris. Malgré sa plastique un peu terne et sa difficulté parfois rebutante, il faudrait être bien difficile pour ne pas s’offrir cette petite pépite à 0.79€, très bien pensée pour ces plateformes nomades. Voilà de quoi rendre très curieux quant aux futurs jeux du studio sur ces supports !

Note globale : 7/10


Julien